En détail

Environnement

Changement climatique


NOTRE PLAN CLIMAT ET NOS OBJECTIFS 2030

Nous sommes conscients de l’impact du secteur aérien sur la planète. La contribution de l’aviation aux émissions de CO2 d’origine humaine est estimée à 2 à 3 %. Cependant, compte tenu des prévisions de croissance du trafic aérien mondial, cette part pourrait être amenée à augmenter dans les prochaines années, si aucune mesure n’est prise.

En 2008, nous avons lancé le Plan Climat pour réduire notre empreinte carbone. En 2019, nous avons renforcé nos ambitions et fixé des objectifs à horizon 2030. Le Plan Climat se compose de 7 axes prioritaires pour lesquels des objectifs et des plans d’action sont déclinés :

  • Modernisation de la flotte et contribution à la recherche aéronautique
  • Carburants alternatifs durables et participation à la recherche sur les énergies renouvelables
  • Mesures opérationnelles
  • Soutien de la mise en œuvre de l’accord mondial sur le climat (CORSIA) avec une juste contribution de l’aérien
  • Compensation réglementaire et proactive
  • Soutien de programmes environnementaux
  • Programmes de compensation pour les clients

Nous avions pour objectif de réduire nos émissions de CO2 de 20% par passager-km en 2020 par rapport à 2011. Cet objectif a été atteint en 2018 avec une réduction de 21,6%.

En 2019, nous nous sommes fixés pour objectif de réduire nos émissions de CO2 de 50% en 2030 par rapport à 2005 (en g. de CO2 / passager / km en intégrant les mesures de marché). Nous avons atteint une réduction de 30% de nos émissions de CO2 en 2019 par rapport à 2005 (mesures opérationnelles et mesures de marché), et une réduction de 20% en prenant en compte les mesures opérationnelles uniquement).


DES ENGAGEMENTS INTERNATIONAUX

Afin que la croissance du trafic aérien ne contribue pas à une hausse des émissions de CO2, le secteur aérien est le premier secteur économique à avoir défini des objectifs ambitieux de réduction à long terme et à s’être doté d’un dispositif de compensation carbone au niveau mondial dans le cadre de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale, pour garantir une croissance neutre en carbone du transport aérien mondial à partir de 2020.

Nous avons adopté ces objectifs et soutenons la mise en œuvre de CORSIA (Carbon Offsetting and Reduction Scheme for International Aviation). Ce système de mesures fondées sur le marché (MBM) pour les émissions de CO2 vise une croissance neutre en carbone par rapport à une référence en 2020. CORSIA est complémentaire aux autres mesures d’atténuation déjà déployées par l’industrie aéronautique internationale, parmi lesquelles l’amélioration des pratiques opérationnelles et techniques, et le développement de la production et de l’utilisation de carburants alternatifs durables.

Bien que l’aviation internationale ne soit pas incluse dans l’Accord de Paris sur le climat, les efforts du secteur s’inscrivent dans son objectif de limiter la hausse de la température mondiale à moins de 2°C. L’Agence Internationale de l’Energie (International Energy Agency, Energy Technology Perspectives 2017) considère que l’objectif de l’industrie aéronautique à l’horizon 2050 est plus ambitieux que les exigences d’un scénario 2°C (2°C Scenario – 2DS) et proche d’un scénario au-delà de 2°C (Beyond 2°C Scenario – B2DS).

Lors du Salon International de l’Aéronautique et de l’Espace en juin 2019, Air France s’est engagée avec l’ensemble des acteurs du transport aérien français – Groupement des Industries Françaises Aéronautiques et Spatiales (GIFAS), Groupe ADP, Fédération Nationale de l’Aviation Marchande, Union des Aéroports Français – en faveur de la lutte contre le changement climatique.


DES MESURES D’ADAPTATION AU CHANGEMENT CLIMATIQUE

Pour le transport aérien, les impacts du changement climatique pourraient avoir des conséquences sur les routes et les destinations desservies ainsi que des impacts opérationnels (déroutements, annulations ou retards de vols, etc.). 

La taille de notre réseau, la répartition équilibrée des services entre les différents continents et la flexibilité liée à la composition de la flotte sont autant d’atouts pour minimiser les conséquences économiques de ces impacts et adapter les programmes de vol aux exigences du marché. Pour s’adapter aux conséquences déjà visibles du changement climatique, comme par exemple des événements climatiques extrêmes plus fréquents, nous nous devons d’assurer des conditions de vol sûres, d’un point de vue opérationnel et pour le passager, et de conduire des analyses de risques régulières et complètes pour optimiser ces conditions.

Nous avons développé des programmes de gestion des situations d’urgence, auxquels sont formés les salariés. Nous travaillons avec les aéroports pour assurer les meilleures conditions d’exploitation et d’accueil de nos clients. Lorsque cela est nécessaire, nous proposons à nos clients des mesures commerciales pour leur permettre de reporter leur voyage s’ils le souhaitent ou de modifier leur destination.


MOBILISER DES PARTENAIRES ET SOUTENIR LA RECHERCHE ET LE DÉVELOPPEMENT

Nous mobilisons le secteur et nous nous engageons pour la recherche et le développement de solutions innovantes, tant dans le domaine de la conception et de la maintenance aéronautique et des moteurs, des outils liés à la navigation que dans celui des carburants alternatifs durables.

En 2018, le secteur aérien néerlandais a présenté le plan d’action « Smart and Sustainable », visant à faire de l’aviation un secteur plus durable. 20 organisations de transport et instituts de recherche ont uni leurs forces pour accélérer les développements en cours, qui permettront d’atteindre cet objectif. L’ambition est de réduire les émissions totales de CO2 de l’industrie aérienne néerlandaise au niveau de 2005. Cet objectif s’ajoute aux réductions de carbone substantielles réalisées par l’aviation civile au travers du système européen d’échange de quotas d’émission (EU-ETS) et du système mondial CORSIA, dans la ligne des objectifs de l’Accord de Paris. En 2019, un rapport présentant l’état d’avancement a été publié.

En décembre 2019, Air France a annoncé la signature d’un partenariat avec la Fondation Solar Impulse pour identifier et accélérer la mise en œuvre de solutions économiquement et écologiquement viables dans le monde de l’aviation. Air France et la Fondation Solar Impulse ont lancé un appel à solutions propres, efficientes et rentables dans le but d’accélérer la transition écologique du secteur aérien. 

La solution PROGNOS, mise en œuvre par Air France Industries KLM Engineering & Maintenance, a déjà reçu le Label Solar Impulse. 

  • Ce programme d’analyse prédictive s’appuie sur la maîtrise des technologies big data pour offrir un service de maintenance aéronautique efficace et innovant. 
  • Les avantages environnementaux de PROGNOS proviennent de la réduction des annulations de vol qui génèrent des vols supplémentaires pour récupérer les passagers, ainsi que de la réduction du nombre des procédures « Quick Return Flight » (retour de l’avion à son aéroport de départ) en raison d’une alerte technique, qui nécessite de vider les réservoirs de carburant avant l’atterrissage.
  • La solution optimise également la consommation globale de carburant des avions en contrôlant plus précisément l’état de l’équipement.

Fin 2019, Air France a invité partenaires, experts, personnalités, acteurs de l’innovation, chefs d’entreprises à participer à une table-ronde sur le thème « Agir ensemble pour un voyage responsable ». Cette rencontre avait pour objectif de présenter, en chiffres et en preuves concrètes, les engagements pris par la compagnie pour réduire l’impact de son activité sur l’environnement, et de mobiliser les acteurs du voyage responsable.

Dans une lettre ouverte publiée le 29 juin 2019, KLM a appelé les acteurs du secteur aérien à unir leurs forces dans le développement de solutions durables pour l’industrie. A travers son ambition « Fly Responsably », KLM invite les compagnies aériennes, les partenaires, les clients et les salariés à partager les pratiques et outils que la compagnie a mis en œuvre en matière de développement durable et à échanger les bonnes pratiques existantes.


PRINCIPES DE LA TASK FORCE ON CLIMATE-RELATED FINANCIAL DISCLOSURES (TCFD)

La TCFD a été créée en décembre 2015 par le G20 lors de la conférence des Nations Unies COP21 pour proposer des recommandations sur le reporting public des entreprises financières et non-financières sur les risques et opportunités liés au changement climatique. Ces recommandations, applicables par tous les secteurs et intégrables dans les rapports financiers existants, ont pour objectif d’augmenter la transparence entre entreprises et investisseurs pour réduire les risques d’investissement, et réconcilier le temps court des décisions financières avec le temps long des conséquences du changement climatique.

En 2019, le Groupe a réalisé l’évaluation « TCDF Climate Maturity Assessment » développée par KPMG, afin d’évaluer la concordance de son reporting environnemental aux principes de la TCDF. Par conséquent, Air France – KLM a décidé de devenir un supporter officiel des principes du TCFD avec l’engagement de continuer à améliorer ses connaissances et à en rendre compte.


© AIR FRANCE KLM