En détail

Environnement

Déchets et économie circulaire


De la feuille de papier jusqu’à la pièce de moteur, en passant par les uniformes usagés ou bien le gobelet distribué au passager, notre activité génère des déchets variés. Nous avons pour objectif de réduire la quantité de déchets et de les recycler, chaque fois que cela est possible, tout au long de notre chaîne d’approvisionnement.

Air France s’est donné pour objectif de recycler ou de valoriser 100% des déchets non dangereux et 60% des déchets dangereux d’ici 2020. KLM a déjà atteint son objectif 2020 de valoriser ou de recycler 100% des déchets non-dangereux.

En 2019, Air France et KLM se sont fixés pour objectif de réduire de 50% les déchets résiduels (déchets non recyclés des activités cabine et sol) d’ici 2030 par rapport à 2011. En 2019 le Groupe a réduit de 31% les déchets non recyclés par rapport à 2011 (voir les tableaux des indicateurs environnementaux, Document d’enregistrement universel, section 4.3.6).

En tant que groupe aérien, nous pouvons être un catalyseur dans notre chaîne d’approvisionnement en choisissant des produits plus responsables et issus de l’économie circulaire. Tout le monde peut participer au recyclage, lutter contre le gaspillage et adopter les bonnes pratiques. Au cœur de ce projet, les 4R de l’économie circulaire : Repenser, Réduire, Réutiliser, Recycler. L’ambition est de faire entrer encore davantage de produits et services dans un cycle de vie vertueux, dès leur phase de conception et dans chaque processus.

Nous traitons une grande variété de déchets, notamment ceux issus des opérations aériennes et de la maintenance, dans un contexte réglementaire contraint. Deux tiers de nos déchets non-dangereux proviennent de la restauration et du service à bord : les réglementations influent donc directement sur notre empreinte environnementale.

La réduction des déchets a aussi des impacts financiers : de nombreuses initiatives ont démontré la réalité et la diversité du gisement d’économies potentielles. Nous travaillons en étroite collaboration avec nos fournisseurs et nos partenaires pour encourager l’utilisation de matériaux et de ressources durables tout au long de la chaîne de valeur.

REDUIRE LES DECHETS DE BORD

Air France et KLM mènent des programmes d’amélioration constante de la gestion des déchets de vol : prévention des déchets, augmentation de la part du recyclage, écoconception des produits et identification de filières de traitement adaptées, avec pour objectif principal de réduire les déchets résiduels. Par exemple, les matériels de service réutilisables hors d’usage, comme les plateaux, les tiroirs, les couvertures ou les trolleys, sont en grande partie recyclés.

Depuis octobre 2019, Air France s’est lancée dans le tri sélectif des déchets à bord. 

  • Le tri, réalisé sur tous les vols court, moyen et long-courriers vers Paris, concerne les bouteilles en plastique, les briques de jus en carton et les canettes en aluminium. 
  • Les articles sont triés à bord par les personnels navigants commerciaux, puis pris en charge par Servair à Paris-CDG et Paris-Orly, et recyclés en France ou en Europe. 
  • Chaque année, près de 7 millions de bouteilles, 3 millions de briques de jus et 6 millions de canettes sont consommées sur les vols de la compagnie. La possibilité d’étendre l’initiative aux vols au départ de Paris est à l’étude sur la base d’une analyse réglementaire et opérationnelle de chaque destination.

KLM s’est concentrée sur l’utilisation d’emballages plus petits pour les produits, l’optimisation des stocks à bord et le recyclage des déchets de bord sur tous les vols européens. 

  • Depuis décembre 2019, les plateaux en fin de vie utilisés en classe économique sur les vols intercontinentaux sont recyclés en circuit fermé. Cette initiative a été nominée pour l’obtention d’un prix au « Hospitality Award 2020 ».
  • Pour éviter le gaspillage alimentaire, le logiciel informatique « Meals On Board » a été développé pour évaluer de manière plus précise le nombre de clients à bord. De plus, un système de pesée permet de mesurer le nombre restant de sandwichs afin d’en déterminer la consommation sur un vol spécifique. Cette information permet un chargement précis au plus près de la demande.
  • Le recyclage des déchets de bord est en place depuis plusieurs années. Les trolleys ont été adaptés à la collecte des gobelets en carton et en plastique. Le verre, les canettes, les couvercles en aluminium, le papier, les boîtes en polystyrène expansé (PSE), les bouteilles en plastique PET et autres plastiques sont également triés et recyclés par le service de restauration. 
  • En 2019, KLM a introduit le programme From Drink To Ink qui collecte des bouteilles en PET pour les transformer en filament utilisés pour l’impression 3D dans son atelier de maintenance des moteurs.

Que ce soit pour des raisons d’hygiène, de sécurité alimentaire ou pour réduire le poids embarqué, le service à bord est très consommateur de produits plastique à usage unique. Nous nous sommes engagés à réduire l’impact environnemental du plastique à usage unique dans nos opérations. Nous y parvenons au travers de plusieurs leviers : 

  • En supprimant les plastiques à usage unique chaque fois que cela est possible. 
  • En remplaçant ces plastiques par d’autres matériaux lorsque des alternatives plus durables sont disponibles (sur la base d’analyses du cycle de vie ou d’autres preuves environnementales).
  • En repensant les articles en plastique à usage unique pour réduire l’utilisation du matériel.
  • En utilisant du plastique recyclé ou en veillant à ce que les plastiques à usage soient recyclés dans la mesure du possible.

En 2019, afin de réduire son empreinte environnementale, Air France s’est fixé pour objectif d’avoir remplacé 80% des plastiques à usage unique par des alternatives durables, d’ici à 2025, tout en respectant les contraintes réglementaires et sanitaires imposées aux compagnies aériennes. Fin 2019, Air France a supprimé progressivement 210 millions d’articles en plastique à usage unique, soit 1 300 tonnes (100 millions de gobelets en plastique remplacés par des gobelets en carton, 85 millions de couverts en plastique remplacés par des pièces fabriquées et conditionnées à partir de matières biosourcées, 25 millions de bâtonnets en plastique remplacés par des mélangeurs en bois).

En décembre 2019, KLM a été la première compagnie aérienne au monde à tester le recyclage de différents articles de service au sein d’un système en boucle fermée. Au cours de ce test innovant, les coupelles à dessert et à salade, les couvercles, les verres en plastique et les plateaux de repas chauds – qui, selon la législation européenne, devraient être jetés sur les vols en provenance de l’extérieur de l’Europe – ont été lavés et recyclés dans la fabrication de pièces de vaisselle et de service. Les couverts ont été réutilisés après avoir été lavés et contrôlés. KLM a réalisé cet essai avec des pièces elles-mêmes fabriquées à base de matériaux recyclés, afin de d’évaluer les effets sur l’environnement et de mesurer à quel point cette boucle fermée pourrait être évolutive.

En 2019, Transavia s’est engagée également dans la réduction progressive et significative du plastique à usage unique à bord de ses avions en proposant, sur ses vols réguliers, des solutions alternatives certifiées au plastique à usage unique (sacs Duty Free en Kraft, gobelets d’origine végétale, agitateurs, kit couverts, etc.). Au total, ce sont plus de sept millions d’articles en plastique à usage unique qui ne seront plus distribués chaque année sur les vols réguliers, soit 41 tonnes de plastique.


ACTIONS POUR COMBATTRE LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE

Nous traitons les déchets alimentaires issus des opérations aériennes dans un souci constant de sécurité alimentaire et dans un contexte réglementaire strict. Les réglementations varient selon le contexte de chaque escale, et sont souvent très contraignantes, comme la réglementation européenne obligeant l’incinération de tout élément ayant été en contact avec des aliments pour les vols à l’arrivée d’origine extra-communautaire.

Deux leviers principaux permettent de réduire le gaspillage alimentaire :

  • un ajustement des prestations embarquées
  • une politique rigoureuse de gestion des stocks de marchandises.

Sur la base de statistiques et d’historique de remplissage des vols et des habitudes des passagers, le nombre de prestations de restauration réellement embarquées est régulièrement réévalué. Cette réévaluation permet à la fois de prévenir le gaspillage et de réduire les coûts de production et de transport, ainsi que la masse embarquée à bord évitant ainsi des émissions de CO2.

Des nouveautés en matière de digitalisation permettent de mieux prévoir la demande des clients, comme par exemple la pré-sélection du plat chaud en cabine Business Air France.

Repenser certaines offres contribue également à la réduction du gaspillage alimentaire. En 2019, Air France a par exemple repensé le kit contenant un agitateur, un sachet de sucre et un sachet de creamer. Le choix d’isoler le creamer et de l’offrir au passager à sa demande permet d’éviter la mise à bord et le gaspillage d’environ 30 tonnes de produits par an.

Par ailleurs, lorsque certains aliments ou articles ne peuvent plus être mis à bord, ils sont donnés aux associations caritatives. Air France collabore notamment avec les Restos du Cœur ou la Banque alimentaire.

Air France-KLM Martinair Cargo est un acteur actif dans le secteur du transport de produits périssables. Les équipes sont en constante relation avec l’ensemble des intervenants de la chaîne (producteurs, exportateurs, importateurs, supermarchés, autorités aéroportuaires etc.) afin de promouvoir un développement durable du secteur agricole et du transport aérien. 

  • De nombreuses initiatives sont en cours : actions de communications conjointes avec les services des contrôles phytosanitaires de Paris-CDG et les clients exportateurs, amélioration des capacités de traitement des produits périssables et maîtrise de la chaîne du froid, etc. 
  • Le Groupe contribue également aux travaux de l’association Cool Chain, dont il est membre, qui vise à réduire le gaspillage alimentaire. Dans ce cadre, ont été définies en 2019 les actions prioritaires à mener pour un développement durable des exportations par avion de la mangue d’Afrique de l’Ouest, tant sur le plan technique (lutte contre la mouche des fruits qui détériorent la qualité des fruits) que logistique (amélioration des infrastructures aéroportuaires au Burkina Faso et au Sénégal notamment, et des procédures de contrôles à Paris-CDG).

 


RÉDUIRE ET RECYCLER LES DÉCHETS AÉRONAUTIQUES

Nous avons mis en place un dispositif de recyclage des déchets métalliques aéronautiques. Autant que possible, le principe du “cradle-to-cradle” (ou principe du “recyclage permanent”) est appliqué pour réintégrer les déchets dans un nouveau cycle de production. Le processus prévoit des procédures pour réutiliser et récupérer des pièces de rechange. Ce programme est étendu à d’autres types de déchets : meubles, équipements, palettes et couvertures.

La montée en gamme des cabines moyen et long-courrier avec l’installation de nouveaux fauteuils s’est accompagnée de la mise en place d’un processus de traitement et de démantèlement des anciens fauteuils allant de la réutilisation et de la récupération de pièces détachées au recyclage des mousses et des métaux.

Les déchets dangereux des activités de maintenance font l’objet d’une traçabilité totale et leur gestion est harmonisée dans les différents sites industriels. Une telle démarche se traduit également par l’optimisation des coûts et de la relation avec les fournisseurs, et par la recherche de solutions plus pertinentes au regard de l’évolution de la réglementation.


FAVORISER LES PRINCIPES DE L’ÉCONOMIE CIRCULAIRE

Les deux compagnies développent des actions pour donner une seconde vie aux déchets, comme par exemple le recyclage d’uniformes usagés.

Chez Air France, un circuit permanent de collecte des uniformes et vêtements de travail a été mis en place.

  • Le personnel est invité à adopter le bon geste en déposant uniformes et vêtements de travail dans des conteneurs sécurisés dans les locaux Air France. 

  • Les uniformes sont collectés sur différents sites (30,2 tonnes de textiles depuis septembre 2018 sur le site de Roissy) et sont récupérés par différents partenaires, incluant un ESAT (Etablissement et Service d’Aide par le Travail pour l’emploi des personnes en situation de handicap), pour ensuite être valorisés. 
  • Les uniformes sont ainsi collectés, recyclés et valorisés de façon énergétique sous forme de pellets de textile et les cendres seront quant à elles utilisées dans la fabrication de ciment. 
  • De plus, des salariés ont lancés l’initiative « 100 % Uniformes » afin de recycler les uniformes pour fabriquer d’autres produits, à l’instar de la nouvelle collection d’accessoires non-aéronautique (pochettes etc.).

Afin d’éviter la destruction de produits et d’en favoriser le réemploi, Air France a signé en janvier 2017 une convention cadre avec l’Agence du Don en Nature (ADN). En donnant des produits neufs réformés comme la vaisselle, ou reconditionnés comme les couvertures, Air France soutient l’action de l’association ADN qui collecte et redistribue des produits neufs non alimentaires de nécessité courante afin de lutter contre l’exclusion en France. En 2019, lors du changement de l’harmonie des cabines d’Air France, plus de 25 000 couvertures Business ont été offertes à ADN. De plus, à la fin des opérations de la compagnie Joon, plus de 6 500 pièces d’uniformes Joon ont été recyclées via un don à l’association SAMU Social.

 

KLM trie et recycle 14 types de déchets, notamment le papier, le métal, le plastique, le bois, le textile provenant des uniformes et les composants électriques.

  • Par exemple, des progrès ont été réalisés dans le traitement et le recyclage des composants d’avion, des emballages composés de polystyrène et des moquettes.

 

KLM a lancé de nombreuses initiatives visant la réduction des déchets. Plusieurs partenariats avec des architectes, des start-up et des institutions scientifiques ont permis la conception de solutions circulaires et innovantes.

  • Par exemple, l’utilisation d’imprimantes 3D pour imprimer des composants d’entretien du moteur à partir de bouteilles en PET recyclées provenant des déchets de bord. Des uniformes réformés sont recyclés et utilisés pour la fabrication de mobilier de bureau et de goodies KLM.
  • Pour célébrer le 100e anniversaire de KLM en 2019, tous les goodies – sacs, porte-passeports et étiquettes bagages – ont été fabriqués à partir de matériaux KLM recyclés tels que les uniformes et les têtières provenant des sièges.

Depuis 2013, les uniformes usagés de KLM, ainsi que les anciennes moquettes de la classe Business, ont été transformés en fibres utilisées dans la production de la moquette qui équipe les avions de la compagnie. Toutes les moquettes usagées sont recyclées, dans le cadre du programme Take Back mené en partenariat avec le fournisseur Tarket.


RÉDUIRE ET PRÉVENIR LES DÉCHETS DE BUREAU

Nous avons pour objectif de réduire et de prévenir les déchets générés par nos activités tertiaires.

  • Le dispositif Follow Print permet d’imprimer uniquement sur demande de l’utilisateur, après avoir renseigné un identifiant et confirmé l’impression : depuis le lancement en 2014, la quantité d’impression a diminué de 30% chez Air France, permettant d’économiser 36 millions de feuilles de papier.
  • Dans le cadre du projet NET (nouveaux espaces de travail), Air France a mis en place un système de tri des déchets, avec un objectif de 100% des déchets recyclés en 2020. Ce système est associé à un code couleur que chacun peut facilement identifier pour que le tri soit simplifié (bio déchets, papier et cartons, plastique, encombrants). Ce dispositif de tri a permis de collecter et de valoriser 252 tonnes de bio déchets, et de recycler 113 tonnes de papier en 2019.
  • Chez KLM, des installations de recyclage sont mises en place au sein des espaces bureaux à chaque rénovation. En 2019, tous les espaces de restauration ont été équipés d’une infrastructure de recyclage.

ÉCONOMISER L’EAU

Dans nos activités, nous cherchons à éviter le gaspillage de l’eau et à réduire notre consommation par un meilleur contrôle de nos procédures, la responsabilisation de nos équipes et par l’intégration de critères environnementaux dans la conception et la réalisation des outils et postes de travail. L’activité la plus consommatrice d’eau est la maintenance pour le lavage des avions et des moteurs.

Réduire la consommation d’eau passe par l’innovation :

  • AFI KLM E&M utilise le procédé EcoShine pour le nettoyage extérieur de ses avions. Grâce à l’utilisation de lingettes recyclables, elle permet de diviser par 80 la quantité d’eau nécessaire : 150 litres pour nettoyer un Boeing 777 au lieu de 12 000 litres auparavant. L’utilisation de ce procédé permet aussi de réduire les risques d’accidents au travail.
  • AFI KLM E&M a développé un système innovant et écologique afin d’augmenter la performance et la durée de vie du moteur sur l’aile. Le lavage à l’eau des moteurs (ou « engine water wash ») peut être effectué pendant les visites d’entretien au hangar ou à la plateforme. Le système permet d’optimiser les performances du moteur conduisant à une réduction de la consommation de carburant (0,5 à 1%) et des émissions de gaz à effet de serre. L’opération est effectuée en accord avec les principes environnementaux : l’eau utilisée est récupérée pour être recyclée.

La consommation d’eau annuelle du Groupe est présentée dans le Document d’Enregistrement Universel section 4.3.6.2.


© AIR FRANCE KLM